(© DR)

MARLY JAZZ FESTIVAL DU 18 AU 21 MAI 2017

Le contrebassiste Diego Imbert explore avec son quartet une écriture personnelle élégante portée par le feeling et l’expérience de ses membres, à l’œuvre sur leur troisième album Colors.

Diego Imbert a longtemps été un sideman très occupé : le quartet de Flavio Boltro, le trio de Sylvain Beuf (devenu sextet en 2009), le trio Ménage à trois d’Enrico Pieranunzi avec André Ceccarelli et le Gipsy projet de Bireli Lagrène, dont le succès l’amène à multiplier les concerts. « Je joue avec Bireli depuis 1998, porté par un flux, une énergie qui ne laissait pas beaucoup de temps pour se poser des questions, raconte le contrebassiste. Après avoir accumulé les expériences, j’ai eu envie de porter un projet et d’écrire. »

En 2009 sort donc A l’ombre du saule pleureur avec le saxophoniste David El-Malek, le trompettiste Alex Tassel et le batteur Franck Agulhon. Trois disques sont enregistrés avant le remplacement d’Alex Tassel par Quentin Ghomari (Ping machine, Papanosh). L’instrumentation est inspirée du quartet d’Ornette Coleman, sans instrument harmonique. « Cette absence ouvre des espaces : le tempo, l’harmonie sont davantage suggérés, décrit Diego Imbert. Par rapport à un jazz manouche ou be-bop, où chacun a un rôle précis et doit s’y tenir, nous sommes plus libres. »

Le répertoire de Colors, leur dernier opus sorti en 2015, sera à l’honneur lors du concert au Marly jazz festival : il est marqué par une écriture apaisée, portée par le blues, où chaque note compte, distillant des nuances multiples, à l’image des titres faisant référence à des couleurs. « Le temps a joué en notre faveur, nous avons mûri, mon écriture s’est affinée. J’ai écrit Colors en trois mois là où A l’ombre du saule pleureur m’avait pris beaucoup plus de temps. » Avant un projet en septet prévu pour 2018 et la suite de Ménage à trois avec un hommage à Charlie Haden, Diego Imbert profite du feeling consommé et de la musique racée d’un quartet vivant sous le signe de la volupté et de l’harmonie. 

Vendredi 19 mai en seconde partie de soirée
diegoimbert.com