(©DR)
Le Parlement entend durcir les tests d’émissions automobiles. Bonne nouvelle. Sauf qu’il faut s’attendre à une augmentation  des prix des voitures fait savoir le représentant des constructeurs automobiles européens. 

La pollution atmosphérique serait responsable de plus de 400 000 décès prématurés en Europe. Les dommages causés à l’environnement sont estimés entre 330 et 940 milliards d’euros par an. Les véhicules, en particulier les voitures diesel, sont l’une des principales sources d’émissions d’oxydes d’azote. « Si l’Union européenne prévoit des procédures spécifiques pour les tests d’émissions automobiles, des études montrent que les chiffres réels sont bien plus élevés que ceux obtenus en laboratoire. Le Parlement souhaite rendre les tests plus en phase avec les conditions réelles de conduite », indique le Parlement européen qui annonce « du changement dans l’air ». L’Union européenne souhaite mettre à jour les tests d’émissions pour se rapprocher des conditions réelles de conduite. Le Parlement et le Conseil réfléchissent à une mise à jour des règles en matière d’émissions des voitures et à une réforme du processus d’approbation des voitures qui viendrait renforcer l’indépendance des tests face aux constructeurs automobiles. Le Parlement a notamment lancé une commission spéciale chargée d’enquêter sur les violations des règles de l’Union européenne concernant les émissions automobiles suite au scandale Volkswagen. La commission EMIS (Emission Measurements in the Automotive Sector) qui dispose d’un mandat d’un an, est également à la manœuvre. « Nous reconnaissons que de nouvelles mesures des émissions réalisées en conditions réelles sont nécessaires de toute urgence, malgré le fait qu’elles représentent un véritable défi pour l’industrie », a déclaré Erik Jonnaert, Secrétaire général de l’association des constructeurs européens d’automobiles. Lui aussi, a d’ailleurs annoncé du « changement dans l’air ». Selon lui, ces mesures entraîneraient une augmentation de 600 à 1 300 euros par véhicule. Jusqu’à 25 % des nouveaux modèles diesel pourraient être rejetés.