(© Marie Staggat)

CYCLE URBAN À LA PHILHARMONIE LUXEMBOURG

C’est le genre d’artiste à ne rien faire comme les autres. Atypique est un mot qui colle au piano du Luxembourgeois d’origine italienne Francesco Tristano. Pour son concert du 9 février prochain à la Philharmonie Luxembourg, il proposera son projet Goldberg City Variations, en collaboration avec Frederico Nitti, qui signe les projections visuelles. Le concept :  « Chacune des 26 000 notes des Variations Goldberg de Bach ont été traduites en données digitales qui servent à construire une ville. »

Rien de très surprenant chez ce spécialiste du répertoire de Bach doté d’un sens aiguisé de l’expérimentation. L’intéressé est aussi connu pour sa propension à créer des ponts entre le baroque, le contemporain, le jazz, le blues et l’électro. L’album Surface, sorti en 2016 et enregistré avec son héros et pionnier de la musique électronique Derrick May (mais aussi Juan Atkins et le DJ Carl Craig), en est la preuve.

Le 9 février 2018, à 20h Au Grand Auditorium