Musique

ÉLECTRIQUE FÉLICITÉ

Leur groupe a 20 ans mais leur compteur personnel plus du double. Qu’importe les rides et le bide, les 4 membres d’ Acoustic Affinités n’ont rien perdu de leur verve et de leur passion pour la musique. La preuve avec un 4e album intitulé L’Éternité, plus un jour, qu’ils dévoileront le 13 mai devant leurs partisans à Saint-Avold. Des rides en plus et du bide. Au sein du quatuor d’

UN NOUVEAU REGARD

(© DR) Dix-sept ans après son précédent album Rue des quatre coins, Louis Arti, vagabond des mots, propose On n’est pas né pour perdre. Une somme de contrastes, méditerranéen et brumeux, nostalgique et actuel, serein et inquiet. Depuis son arrivée en Lorraine en provenance d’Algérie en 1957, Louis Arti continue, à travers l’écriture, à « se redécouvrir ». Mineur de fond puis beatnik sur les routes d’Europe et de Tunisie, il croise

MUSIQUE MULTIPOLAIRE

(© Guy Vivien) Le compositeur et organiste Thierry Escaich vient d’être couronné par une quatrième Victoire de la musique classique en tant que compositeur de l’année pour son oratorio Cris. Une œuvre créée en Meuse dans le cadre du Centenaire de la Grande guerre mettant en relief l’attrait du compositeur pour « superposer les univers ». Icône de la scène musicale contemporaine, Thierry Escaich multiplie les collaborations prestigieuses en France et à l’international avec

ROCK POLYCHROME

(©DR) Les Lorrains de Rosis and the tangle sortent leur premier EP, Amber. Entre mélodies ciselées et douceur du chant s’immiscent des moments d’ivresse rock, auxquelles s’ajoutent des couleurs pop et world : un cocktail délicat et enivrant. Leur nom évoque à la fois la féminité, des touches de couleurs enchevêtrées, de jolis végétaux à la fois gracieux et vénéneux. Des images que l’on retrouve également sur la pochette du premier EP

A MULHER DO FIM DO MUNDO d’Elza Soares

(©DR) L’inoxydable joyau de la musique brésilienne sort à 79 ans un album incroyable naviguant au sein d’un chaos perpétuel de rythmes afro-brésiliens, de punk et de noise-rock, secoué par le chant protéiforme, gracieux ou brisé de toutes parts d’une fille portée par la rage de la musique et de la vie. Elza Soares a connu la misère, l’exploitation puis la gloire dans les années 50, avant une longue traversée

AND THE ANONYMOUS NOBODY De La Soul

(©DR) Faisant quasiment l’unanimité au sein des scènes hip-hop, soul, jazz et de leurs publics, De La Soul est un dinosaure aux pattes aussi solidement plantées dans les origines boom-bap de la fin des années 80, celles de A Tribe called quest ou The Roots, que dans notre époque traversée par des rappeurs tapageurs et dispensables. Une présence indiscutable confirmée par ce and the Anonymous nobody bourré d’invités comme Snoop

MY WOMAN d’Angel Olsen

(©DR) Se nichant dans les recoins sombres d’un folk-rock à vif traversé d’éclats de lumière, Angel Olsen, qui a débuté sa carrière dans le punk chrétien puis comme choriste au sein du groupe Mekons de Bonnie Prince Billy, s’affirme avec My woman comme une conteuse inspirée. Sa voix sait se faire vaporeuse et mystique (Intern), rock et affûtée (Shut up kiss me), profonde et déterminée (Not gonna kill you)… un

MOTHER de Jacky Terrasson & Stéphane Belmondo

Le pianiste Jacky Terrasson et le trompettiste Stéphane Belmondo se côtoient depuis une trentaine d’années, de leurs débuts à Paris dans le groupe du contrebassiste Pierre Boussaguet où l’on retrouva aussi Lionel Belmondo, puis dans les années 90 au sein du quintet de Dee Dee Bridgewater pour une tournée mondiale. Atteignant des sommets d’inspiration lors de leurs fréquents duos en live, où leur complicité humaine et musicale est tout aussi

IV – BADBADNOTGOOD

Le trio canadien Badbadnotgood est l’une de ces jeunes formations inarrêtables pour ce qui est d’inventer (ou de réinventer) une musique actuelle ne se posant aucune barrière. La meilleure façon de marcher pour accoucher de petites pépites telles que ce IV aux mécaniques bien huilées, où l’histoire croisée du hip-hop et du jazz est utilisée pour alimenter un album à l’énergie maîtrisée. Le calme des beats succède aux tempêtes cuivrées,

POSTCARDS FROM – Fiona Brice

Arrangeuse et violoniste pour Placebo, Kanye West, Anna Calvi ou Gorillaz notamment, Fiona Brice réalise son premier album solo avec ce Postcards from, où elle nous invite à visiter Berlin, Dallas, Glastonbury, Saint-Pétersbourg, Paris ou Tokyo par l’intermédiaire de morceaux écrits sur place. Pas véritablement de références directes à ces villes ou à leur culture musicale, pas d’exotisme « de carte postale » justement. La violoniste en propose simplement dix visions très