Portrait

LE PHENOMÈNE SÉGUIN

J’ai fait les comptes. J’ai passé quatre heures en tout avec ces cinq Spinaliens. Cinq qui ont côtoyé de près le phénomène Philippe Séguin. Car il s’agit d’un phénomène (« Chose ou personne rare, extraordinaire », in Le Grand Robert). Je ne sais pas ce que le phénomène en question penserait de cette unanimité qui enveloppe son nom mais elle est bien là, s’écoulant avec quelques mots qui viennent et reviennent, têtus,

RITAL SUR LES BORDS

UN LIVRE, UN FILM, UNE CHANSON… Philippe Grégoire, c’est l’histoire d’un Messin accro au handball, qui vibre aussi pour la chanson à texte, le cinéma à l’ancienne, italien et français de préférence, le tout enrobé de théâtre. Chez ce cadre de l’Éducation nationale qui a tâté de la politique locale, la passion est plurielle. Vous voulez faire plaisir à Philippe Grégoire ? Parlez-lui de handball. Effet garanti. Il faut dire que ce cadre de

DE LA TERRE SUR LES MAINS

Bertrand Pancher en pince pour l’environnement. Ceci n’est pas un slogan, mais le quotidien d’un élu qui a placé l’écologie au cœur de son action politique. Pour le député-maire UDI de Bar-le-Duc, il est grand temps de changer « en profondeur notre modèle de société », à travers le prisme de la démocratie participative. Bertrand Pancher est un homme de conviction. De foi aussi. Il faut en avoir pour se jeter dans

TRACES DE LUTTE

Acteur et témoin, observateur concerné, militant pour la sauvegarde de l’industrie minière et sidérurgique en Moselle, l’autodétermination du peuple algérien ou encore en faveur de l’écologie, Pierre Verny a capturé dans ses photographies quarante années d’engagement. Sa passion pour l’image fait l’éloge de la contemplation et de la lenteur, ses clichés constituant autant de traces d’histoires en marche. En 1954, vingt années avant d’acquérir son premier appareil photo, Pierre Verny s’installe

JACQUINOT L’OUBLIÉ

Louis Jacquinot est dans le peloton de tête des grands Lorrains, aux parcours exceptionnels et hors-normes. Pourtant, bizarrement, le Meusien est sorti des mémoires et barbote aujourd’hui dans la multitude des quasi-inconnus. Phénomène injuste et inexplicable. Faites comme moi, prenez votre calepin, allez traîner, demandez ça : « Quels sont les Meusiens célèbres ? » On va vous citer Raymond Poincaré. Normal. Ou André Maginot. Bien. Ou Sophie Thalmann, Miss France en

UNE VIE À RASSEMBLER

Marjane Vorobieff est directrice du Nid maternel à Metz, une structure qui héberge et accompagne dans leur projet de vie les mères en difficulté et leurs jeunes enfants. Originaire du Kazakhstan, elle s’est fait une place dans la société française grâce à un esprit d’ouverture et de solidarité qu’elle cultivait déjà dans son pays natal. Il semble que tout a mené Marjane Vorobieff jusqu’au poste qu’elle occupe aujourd’hui, aux côtés de mères

MÉCANIQUE DU CŒUR

Laurent Witz est réalisateur et producteur de films d’animation, fondateur de deux studios, à Yutz, où il réside, et au Luxembourg. L’an dernier, son film Mr Hublot, réalisé avec des moyens dérisoires, décroche l’Oscar du meilleur court-métrage d’animation. Une consécration pour cet autodidacte hyperactif, qui développe aujourd’hui son activité avec le souci de préserver une sensibilité d’artisan. Le siège social de Zeilt productions, la société de Laurent Witz, est bien loin de

COM & CŒUR

« Conseil en communication, relations publiques, créatrice d’idées et d’optimisme ». C’est ainsi que se présente Flavie Najean, la fondatrice de Flavie Najean Communication, une société vosgienne qui fête prochainement son 5ème anniversaire. C’est à Nancy que Flavie Najean a vu le jour. Mais c’est à Épinal que cette vosgienne « mi-femme, mi-sapin » pour reprendre ses propres termes, vit et travaille depuis des années. Son attachement à la Lorraine est d’autant plus vif qu’elle a expérimenté

« POUVOIR REGARDER SES HOMMES DANS LES YEUX »

93ème Gouverneur de la ville de Metz, le général Patrick Ribayrol incarne une armée moderne, ouverte sur le monde et ses réalités. S’il a choisi le métier des armes pour servir son pays et assouvir son goût pour l’action, il s’est aussi attaché, tout au long de sa carrière, à prendre le temps de la réflexion. « Les soldats d’aujourd’hui doivent, aussi, avoir le  » cerveau agile  » » souligne-t-il. « Il est important d’expliquer aux

« Le Moustaki de l’espace »

J’étais au buffet de la gare, sur un grand tabouret noir, la serveuse remplaçait le rouleau de la caisse enregistreuse, je l’attendais. Elle a dit un truc dans ce genre : « p…, b… de m…, c’est quoi cette s… de rouleau. » Je lui ai répondu par une banalité, quand même frappée au coin du bon sens : « Ah, la mécanique, quand ça ne veut pas marcher, faut pas insister… ». J’avais surtout en tête d’attirer