Breaking news
  • No posts where found

Scène

RENCONTRES ET HOMMAGE À TADEUSZ KANTOR

Si Passages est sur le point de fêter ses 20 ans, le festival soufflera d’autres bougies cette année. Celles de l’artiste polonais Tadeusz Kantor qui aurait eu 100 ans. Peintre, metteur en scène, décorateur, écrivain, auteur d’happenings et d’emballages, l’homme n’était pas plus l’un que l’autre. Pour lui rendre hommage, la Cricothèque de Cracovie en lien avec la Bibliothèque Polonaise de Paris a conçu l’exposition Les origines de Wielopole Wielopole.

GROTESQUE & FARCESQUE

Du côté du théâtre en costume, mais déjanté, deux spectacles : Le Jour du grand jour, des Dromesko, et Elisabeth 1er, mis en scène par le hongrois Rémusz Szikszai. Igor Dromesko et sa compagne Lily débarquent à nouveau à Passages. Avec leur famille, leurs musiciens et danseurs, et leurs animaux ! Le tout pour raconter la vie, la mort, les cérémonies qui marquent ces étapes. Dans leur théâtre de bois, ils vous attendent pour

INVITATIONS PRIVÉES À L’OPÉRA

Une camionnette, une tente, dix caissières… pour des airs d’opéra. 7 minutes pour 3 ou 6 spectateurs, il n’en faut pas plus pour faire découvrir Carmen, La Flûte enchantée ou Eugène Onéguine. C’est le pari un peu fou du Pays des Lilikans, ces marionnettes de papier mâché à peine plus hautes que des allumettes. Elles vivent à Moscou, dans l’ombre de l’imposant théâtre des armées. Sous la tente du Théâtre Tenj,

CUBA À L’HONNEUR

« Je pouvais me passer de texte », dit Charles Tordjman, « Les spectacles sont suffisamment forts pour être exportés sans être traduits » dit Jean-Pierre Thibaudat. Au moment où ils se rendent à Cuba, loin de cet Est vers lequel ils partent chercher l’étonnement habituellement, ces deux « Passagers » ne savent pas encore que B. Obama et le frère de F. Castro vont renouer le dialogue, ni que F. Hollande fera le voyage

CONTREBANDIERS DE SPECTACLES

Devise de la 3ème édition messine du festival Passages, « ici personne n’est étranger » résonne fortement avec notre époque et montre à quel point les arts de la scène disent la vie. Charles Tordjman et Jean-Pierre Thibaudat nous donnent rendez-vous à Metz et ailleurs, du 7 au 16 mai 2015. Après l’étonnant et coloré théâtre Surabhi de l’Inde en 2013, ces deux grands hommes de théâtre nous embarquent pour Cuba. Pour sortir des

SCÈNES DE RÊVE

Depuis 2009, le Carnaval vénitien de Longwy se fait fort de donner des couleurs à la vie culturelle de la ville et à son patrimoine, tout en invitant les habitants à être acteurs de l’événement. Bien que située très au nord de la Cité des Doges, la ville de Longwy a adapté l’esthétique et l’esprit du Carnaval vénitien à sa propre identité. Entre les remparts Vauban de la Ville haute, au

AIR WALLON

J’habitais une petite maison sans grâce, j’aimais le boudin. Derrière ce titre pas franchement accrocheur, on découvre l’adaptation du récit autobiographique de Jean-Marie Piemme, Spoutnik. Réalisée et jouée par Philippe Jeusette et Virginie Thirion, avec Eric Ronsse, cette jolie pièce nous plonge dans la vie du dramaturge liégeois. « J’ai des racines, je viens du pays de l’usine. » Quand une fille demande à son père « comment elle était ta maison ? », celui-ci se lance

BÊTES À LABICHE

Ça devient une habitude que l’on est heureux de prendre. En janvier, au NEST-CDN de Thionville, on joue la création de Jean Boillot, directeur et metteur en scène. Après deux saisons plus sombres, celui-ci a choisi le rire de Labiche avec Animal(s), qui rassemble deux pièces en un acte où les animaux ne sont pas toujours ce(ux) qu’on croit.   « Derrière le rire de Labiche, il y a une satire sociale soit

LA VIE À L’ENVERS

Chorégraphe en résidence à l’Arsenal cette saison, Anne Collod met en scène une danse macabre contemporaine qui questionne nos relations avec les êtres et les œuvres disparus avec Le Parlement des invisibles. En 1993, Anne Collod s’attelle à la recréation d’œuvres passées en se familiarisant avec le système d’écriture chorégraphique Laban, dans un premier temps en fondant le Quatuor Albrecht Knust, puis Eefros Project, avant de s’orienter vers le traitement des

HAENDEL CONSACRÉ

En résidence à l’Arsenal depuis 2009, Nathalie Stutzmann fait renaître Le Messie, oratorio le plus célèbre d’Haendel sous sa baguette, en avant-première à Metz, à l’occasion de son premier concert de la saison à l’Arsenal. Elle sort par ailleurs l’opus Heroes from the shadows, autour de « cet immense génie qu’est Haendel ». Entre héros oubliés et figure biblique, Nathalie Stutzmann choisit de mettre en lumière, en cette fin d’année, une partie de l’œuvre de Haendel. Le Messie,