Le Café Flamm’ de Hunting, près de Sierck-les-Bains en Moselle, également restaurant, est un fabuleux carrefour. Culture, souvenirs, bonnes bouffes et ambiances bistrotière et villageoise partagent la même table. C’était avant « chez la Odette ». « L’Isa et le Pascal » Rodondi ont pris la suite, en conservant l’âme du lieu.
Pascal et Isabelle Rodondi (© Vianney huguenot)

Pascal et Isabelle Rodondi (© Vianney Huguenot)

Autour d’un mobilier d’époque, celui que s’arrachent les bistrots parisiens pour les reconstitutions de ligues dissoutes, des photos. Plein de photos. Toutes d’époque, elles aussi. Une tapisserie de clichés en noir-et-blanc. Ils tranchent gaiement avec l’histoire colorée de ce lieu. En 1997, Pascal Rodondi reprend le bar-tabac de sa maman, Odette, qu’elle tenait depuis quarante ans. « Elle déprimait à l’idée de savoir que son bar-tabac allait fermer. J’ai dit : Allez, je reprends. À son époque, on ne disait pas le bar-tabac, on disait chez Odette ». « Chez la Odette », corrige Isabelle, son épouse, « et maintenant, on dit chez le Pascal et l’Isa ».

Parce que dans un village de 720 habitants – et même dans une petite ou moyenne ville – on ne vit plus de la seule activité du bar, le couple franchit une nouvelle étape en 2010 et ajoute la partie restaurant. Pascal quitte son travail au Luxembourg, dans la hi-fi et la vidéo. Isabelle, aide-soignante à l’hôpital Bel-Air de Thionville, lui emboîte le pas : « Ça ne me déplaisait pas, je restais dans le social ! ».

Mais ici, on ne soigne pas que la faim et la soif. On vous administre des ordonnances de musiques et de goût des autres, de tablées à l’ancienne, de tartes flambées, salées, gratinées, saumonées, montagnardes, périgourdines… « douze variantes de salées, et six de sucrées, aux pommes, aux bananes, à l’ananas, aux fruits rouges… Le resto traditionnel, avec menu campagnard, tout le monde faisait ça, on a vraiment voulu faire quelque chose que les autres ne font pas ». Et ça marche.

Pascal sort le livre d’or et pointe les nationalités qui ont défilé dans son Café Flamm’ : « des Anglais, des Suédois, en voilà du Vaucluse, des Mexicains, des Brésiliens, des Vietnamiens, des Japonais, des Américains, des Américaines précisément… c’était ces trois dames à qui j’ai fait découvrir le Picon-Bière. Lui, c’est un historien et écrivain, Jean-Louis Von Hauck, il a écrit La grande Lorraine – de Clovis à Otto de Habsbourg [NDLR : Jean-Louis Von Hauck a également été chroniqueur à la RTBF à Bruxelles], et puis nous avons Jean-Marc Todeschini, le ministre, qui vient ».

Des brèves de comptoir aux produits de l’assiette et du verre, on est dans le registre de l’authentique. Pour les produits, Pascal tient à citer ses fournisseurs : le viticulteur Claude Sontag, de Contz-les-Bains, Guy Hourt, de Ritzing, pour les glaces artisanales, Le platt est encore fréquemment parlé ici, y compris autour du zinc.« les fruits sont d’ici aussi, ainsi que le bois pour le four, acheté chez Jean-Claude Barthel ».

Pour les brèves de comptoirs attrapées dans les conversations, sa mémoire en verse deux illico, d’un excellent tonneau : « Je démarre sur les chapeaux de rouge », « Réponds-moi que je te réponde ». Certes, c’est un resto avec ambiance bistrot, mais c’est un peu une salle de cinoche : « on se croirait parfois dans des films ». Et un peu une librairie, ou l’antre d’un écrivain : « Je pourrais écrire un livre magnifique, on a vécu ici des scènes magnifiques ». Et un peu aussi, de temps en temps, une salle de concert.

Le prochain groupe à se produire au Café Flamm’ (ce sera le samedi 12 novembre et il est préférable de réserver à l’avance sa table) est La schlappe sauvage, un groupe local qui mijote de la chanson française, aux herbes de folk et aromates de « platt tonic ». Car le platt (francique luxembourgeois) est encore fréquemment parlé ici, y compris autour du zinc (il n’est pas obligatoire de le chanter !). Pour le côté traditionnel, Isabelle et Pascal ont ajouté cette énième corde à leur arc : on peut venir faire ripaille chez eux, en face de l’église, à l’occasion d’une communion ou d’un baptême, et prendre un bain d’antan.

Café Flamm’, 88 rue de l’église 57480 Hunting
03.82.55.06.99 / facebook.com/cafeflamm