(©DR)

La décision du président du tribunal d’instance (Amtsgericht) de Sarrebruck, Stefan Geib, de faire décrocher les croix dans les salles d’audience est au centre d’une polémique alors que la séparation de l’Église et de l’État n’existe pas en Allemagne. L’évêque de Trèves (Rhénanie-Palatinat), Stephan Ackermann, qui est aussi en charge d’une partie des fidèles de Sarre, a vivement critiqué cette décision au cours des célébrations de Pâques. Selon lui, la croix n’est pas « la carte de visite d’un groupe lobbyiste ». Pour les partisans de l’abandon des croix au tribunal, les décisions de justice sont rendues au nom du peuple et au nom de la loi et non pas au nom de Dieu, c’est pourquoi les symboles religieux, quels qu’ils soient, n’ont pas leur place dans ces bâtiments publics.