SORTIE LE 17 MAI 2017

Ça cogne fort dans le nouveau film Le roi Arthur : la légende d’Excalibur du Britannique Guy Ritchie. Le réalisateur de Snatch et Sherlock Holmes est de retour avec une version très rock’n’roll de la légende du roi Arthur et sa célèbre épée Excalibur. Une grosse production truffée de bastons à mettre dans le même panier que le Seigneur des anneaux et la série Game of Thrones.

Alors qu’en France les allées de Kaamelott se sont remises à bruisser d’une nouvelle ferveur depuis l’annonce d’une adaptation pour le cinéma (lire ci-dessous), un autre film consacré au roi Arthur s’apprête à envahir les écrans. Ce n’est évidemment pas la première fois que le 7e art se penche sur cette histoire épique au parfum d’heroic fantasy, que l’on pense par exemple aux Chevaliers de la Table Ronde forgés par Richard Thorpe (1953), ou encore à l’Excalibur sculpté par John Boorman (1981), sans conteste la version la plus convaincante du mythe, surtout si on la compare au Lancelot plutôt falot de Jerry Zucker en 1995, lequel ne devait son principal intérêt qu’au tandem de ces dames Sean Connery et Richard Gere. Disons qu’on était plus près de la romance mièvre que du souffle épique. Passons…

Cette fois, c’est Guy Ritchie qui s’y colle. Auteur de deux petites pépites d’humour noir appelées Arnaques, crimes et botaniques, mais aussi et surtout Snatch, avec sa mise en scène percutante, sa galerie de gangsters hauts en couleur et un rôle d’anthologie pour Brad Pitt (dans la peau d’un gitan adepte de la purée verbale), le Britannique a aussi pris les rênes de la lucrative franchise Sherlock Holmes, dont la livraison d’un 3e opus est toujours dans les tuyaux… Une fresque de 102 millions de dollars dont l’univers fait écho à la trilogie du Seigneur des anneaux et la série télévisée Game of Thrones.

Les trailers livrés en pâture sur le Net, assez nerveux merci bien, donnent un bel aperçu de cette fresque de 102 millions de dollars dont l’univers fait écho à la trilogie du Seigneur des anneaux et la série télévisée Game of Thrones. Disons que sur le plan visuel, le cinéaste n’a pas lésiné sur les couches. Inutile de préciser que ce blockbuster est servi avec une bonne plâtrée de bastons et de combats dantesques, le tout dans une ambiance sonore plus rock que bossa nova si l’on se fie aux bandes annonces.

Côté casting, Charlie Hunnam (le Jackson Teller de Sons of Anarchy), reconnu pour être un acteur très physique, se glisse dans la peau du roi Arthur en quête de couronne et de rachat, le monsieur ne s’avérant pas très sympathique au demeurant, égocentrique et mal élevé pour reprendre les bruits de couloir.

Le méchant de service revient à Jude Law, dans la peau du souverain Vortigern, assis sur un trône qui ne lui revient pas. Un costume qu’il avait déjà porté pour Les Sentiers de la perdition, où il se lançait à la poursuite de Tom Hanks. Il faut aussi mentionner la présence d’une Française au casting, plus précisément Astrid Bergès-Frisbey, qui poursuit sa carrière américaine après son apparition dans Pirates des Caraïbes 4. Eric Bana et Djimon Hounsou, deux comédiens habitués à ce genre de production, figurent également au générique, de même que l’ex footballeur David Beckham, qui apparaît défiguré… et dans un petit rôle. Ouf ! 


L’AUTRE ROI

Si le film de Guy Ritchie s’apprête à déferler sur nos écrans, il y en a un autre qui se fait désirer dans le sillage d’Excalibur. On parle de l’adaptation pour le cinéma de la série culte Kaamelott, version décalée des Chevaliers de la Table Ronde enfantée par Alexandre Astier.

Depuis la saison 6, qui s’est achevée en 2009 sur M6, les rumeurs sont allées bon train sur une version destinée au 7e art. Récemment, sur le plateau du Gros Journal de Canal +, l’auteur de cette épopée épique et humoristique a laissé entendre qu’une trilogie se dessinait à l’horizon, en prenant soin de ne pas donner trop de détails sur ce projet attendu religieusement par les fans.

Seule certitude : le premier épisode, dont le tournage serait imminent, sera une suite directe de la dernière saison, alors que le roi Arthur était parti se réfugier à Rome, ce dernier étant bien décidé à reprendre la Bretagne à son ancien ami Lancelot. On sait aussi que cette production 100% française s’appuiera sur un budget de 15 millions d’euros et que la comédienne Audrey Fleurot est appelée à reprendre son rôle de la Dame du Lac. Pour le reste, mystère !