« À l’origine d’un roman, il y a toujours pour moi un croisement secret entre quelques détails de ma vie la plus intime, le goût du mythe le plus universel et la traversée du temps historique », souligne François Vallejo.

Avec « Un dangereux plaisir », il renoue avec l’enfance et plus précisément avec son rapport à la nourriture. En dépit de la nourriture que ses parents lui imposent et qu’il rejette avec constance, Élie Élian s’attarde à l’arrière du restaurant qui s’est ouvert dans son quartier. Cet univers qui titille ses sens vont le convaincre que la cuisine est son univers. Il décide alors de devenir chef-cuisinier. Son passage dans l’établissement de la veuve Maudor sera déterminant. « Elle l’initie à l’amour fou et lui offre d’exercer son incroyable génie culinaire. Puis ses errances dans un Paris en proie aux émeutes le mèneront jusqu’au Trapèze, le restaurant où son destin de magicien des sens, des goûts et des saveurs s’accomplira ».

Professeur de lettres, François Vallejo a écrit de nombreux ouvrages. Ce dernier roman, riche en saveurs et parfums, a reçu le Prix de l’Académie Rabelais 2017