M#GEN 3 LES INSCRIPTIONS SONT OUVERTES

#GEN3 (© DR)Le rendez-vous prend de l’ampleur et s’inscrira pour son édition 2015 dans un format de 2 jours et une soirée. #GEN3 se veut encore plus ambitieux que ses précédentes éditions, plus riche en contenu, et plus interactif », annonce l’association Grand Est Numérique (GEN), l’organisatrice de #GEN3 (3 pour troisième édition) qui se tiendra les 14 et 15 octobre prochain, à Metz. L’évènement #GEN se positionne comme le premier rendez-vous dédié aux professionnels de la filière numérique de la Grande Région. Au programme, des conférences, des tables rondes ou bien encore du speed dating destinés à favoriser les échanges et les rencontres entre les professionnels et l’ensemble des acteurs concernés (les entreprises, les financeurs et les collectivités). « En présentant les tendances, les acteurs innovants et en proposant une série de réponses concrètes aux problématiques et aux questions liées à l’économie numérique, #GEN3 se donne comme ambitions de faire émerger business, projets et créations d’emplois ; et de sensibiliser l’ensemble des acteurs économiques de notre territoire aux opportunités représentés par le numérique », annonce GEN. Les inscriptions sont ouvertes : www.grandestnumerique.org


MÉDITER AVEC PETIT BAMBOU

C’est le nom d’une application mobile et une plateforme web de méditation. C’est simple, pratique et motivant. « Ce service s’adresse à ceux qui sont sensibles et ouverts aux questions de bien-être, débutant la méditation ou non. Le mobile a un rôle clé à jouer dans l’essor de la méditation : il accompagne tout le monde partout, tout le temps et permet désormais à chacun de méditer où et quand il le souhaite, y compris pendant des moments perdus. Ce service permet d’entraîner son esprit et de cultiver un état de calme, de sérénité et de paix intérieure », précise la start-up FeelVeryBien à l’initiative de Petit Bambou. Près de 1 million de fans suivent les conseils de Petit Bambou sur Facebook. Pour tester (les 8 premières méditations sont gratuites) : www.petitbambou.com


LES FINTECHS ONT LE VENT EN POUPE

fintech-startups-Europe (© DR)Les Fintechs sont en plein développement au Luxembourg. Les Fintechs, pour les non initiés, ce sont ces innovations développées dans le cadre des technologies financières. Plus concrètement, pour le grand public, cela recoupe des innovations dans le domaine du crowdfunding, de la cybersécurité, de la monnaie virtuelle ou bien encore tous les services de paiement par mobile. Environ 150 sociétés planchent sur des solutions dans ces différents domaines au Grand-duché. Une nouvelle économie que le gouvernement entend supporter, notamment via la stratégie Digital Lëtzebuerg, car ces innovations participent assurément à la diversification de l’économie et de la place financière et elles sont autant de relais de croissance pour l’avenir (même si les Fintech dites « disruptives », autrement dit « perturbantes » bousculent l’organisation établie). Ces dernières semaines, différents acteurs se sont inscrits dans cette dynamique. Charles-Louis Machuron, le fondateur du site Silicon Luxembourg (qui n’a d’ailleurs pas manqué d’apporter son soutien à Lor’N’Tech) a créé FinTech Luxembourg, un outil destiné à favoriser les échanges entre les acteurs concernés au sein d’une véritable communauté. Avec une ambition : positionner le Grand-duché comme un véritable hub en la matière. Un objectif auquel s’associe également l’Association des Professionnels de la Société de l’Information (APSI). Et cela se traduit notamment par l’organisation de manifestations. Un grand rendez-vous est ainsi programmé le 26 mars à la Chambre de Commerce avec le « FinTech : Financial institutions, Technologies & Start-ups ».


UNE PLATEFORME POUR LES NANOTECH

Stimuler l’émergence de projets de R&D et favoriser le partage d’équipements de pointe. C’est l’ambition de la plateforme web NanoTechValley développée par l’entreprise NanoThinking, à destination de la communauté des nanotechnologies.

plateforme-nanotechnologies (© 123 RF)NanoThinking, membre d’IncubAlliance, incubateur technologique du Plateau de Saclay, près de Paris, est une entreprise fondée par trois ingénieurs-docteurs. Société indépendante, elle développe différents services aux acteurs des nanotechnologies : études de marché, conseils, accompagnement au développement…

Après avoir lancé NanoTechMap, une base d’acteurs qui recense 4000 start-ups actives dans les nanotechnologies, à travers le monde, la société récidive avec la mise en ligne, en novembre 2014, de NanoTechValley, une plateforme dédiée à la communauté des acteurs des nanotechnologies.

NanoTechValley a une double vocation. Primo: stimuler les échanges entre les différents acteurs des nanotechnologies qui relèvent de la sphère académique et du monde de l’entreprise (laboratoires de recherche, groupes industriels, start-ups…). Secundo : favoriser le partage des équipements de pointe disponibles au sein de la communauté. « Nous avons commencé un travail de recensement de ces équipements et avons déjà recueilli une soixantaine de contributions » précise Thomas Dubouchet, l’un des fondateurs de NanoThinking. Pour répondre aux besoins de tous les utilisateurs, NanoTechValley dispose de toute une palette de fonctionnalités permettant d’échanger des documents et de tenir des discussions tripartites, en toute confidentialité, sécurité et simplicité. « Un avantage majeur de la plateforme consiste en la possibilité de diffuser au sein de l’écosystème les contributions proposées par les membres afin de maximiser le contact avec les partenaires potentiels », précise encore NanoThinking qui a investi 100 000 euros dans cette plateforme avec le soutien de son partenaire, le groupe Total.

« NanoTechValley compte déjà 300 membres, 55% d’organismes académiques et 45% d’entreprises, à travers le monde. et l’intérêt va grandissant comme le confirme l’évolution des visites, plus d’une centaine par jour actuellement », souligne Thomas Dubouchet.