(© DR)
Les vendanges ont commencé dans le Grand Est. La production s’annonce globalement en baisse mais la qualité sera au rendez-vous.

Les vendanges ont déjà commencé dans le Grand Est, parfois dès la fin août. Et même dès le 24 août en Alsace qui connait ses vendanges les plus précoces depuis 40 ans. Marquée par une météo capricieuse qui s’est accompagnée de gel, de sécheresse et d’orages, la production de raisin est annoncée en retrait de 18% par le ministère de l’Agriculture, au niveau national, par rapport à 2016.

D’une région à l’autre, la situation n’est pas comparable. Toujours selon le ministère, la production s’annonce en légère hausse pour la Champagne (9%) alors qu’elle reculerait de près de 30% en Alsace (- 50% pour le Jura). En Lorraine, les professionnels mosellans tablent sur une baisse de 10 %. Et contrairement à ses deux illustres voisins (dans le domaine du vin s’entend), les vendanges ne devraient débuter qu’autour du 10 septembre.

Interviewé par France Bleu Lorraine Nord, Jean-Marie Leisen le président du syndicat des viticulteurs mosellans qui exploite le domaine du Stromberg à Petite-Hettange, se montre en revanche très confiant en qui concerne la qualité : « nous avons eu un été chaud, mais avec de l’eau au mois d’août. Les raisins sont très beaux, très sucrés, les grains sont très épais. On part sur quelque chose d’exceptionnel ». Un commentaire qui vaut également pour la production meurthe-et-mosellane, dans le Toulois. Et cela tombe bien puisque les viticulteurs sont soucieux de proposer un bon millésime à l’occasion des 20 ans (en 2018) de l’appellation AOC Côte de Toul.

La qualité serait également au rendez-vous en Alsace, selon l’AVA (Association des Viticulteurs d’Alsace) ainsi qu’en Champagne, selon le Syndicat Général des Vignerons qui regroupe 20 000 adhérents. Les vendanges ce sont également des emplois. 120 000 saisonniers sont recrutés en Champagne et plus de 15 000 en Alsace et en Lorraine.