(© 123RF)
La France est toujours championne d’Europe de la fécondité. Les pays du nord s’en sortent beaucoup mieux que ceux du sud.

Les dernières données d’Eurostat, l’Office européen des statistiques, l’ont confirmé : la France est restée, pour 2014, championne d’Europe de la fécondité avec 2,01 enfants par femme. Le pays est d’ailleurs le seul à dépasser la barre des 2 enfants. Une bonne nouvelle donc, même si cela s’avère insuffisant pour assurer le renouvellement de la population. Derrière la France, se situent bon nombre de pays de l’Europe du Nord comme l’Irlande (1,94), l’Islande (1,93) ou bien encore la Suède (1,88). Pour les spécialistes, ces bons résultats des pays du nord sont liés aux politiques familiales plus généreuses, ce qui encourage les familles à faire davantage d’enfants. En revanche, les chiffres confirment également que les pays méditerranéens, où les aides dédiées aux familles sont plus chiches mais où la crise c’est également davantage faite sentir, sont toujours en léger retrait. Un constat qui vaut aussi pour les pays de l’Est. Si la moyenne européenne se situe à 1,58, la Grèce affiche un nombre d’enfants par femme de 1,30, l’Espagne de 1,32, Chypre de 1,31. C’est au Portugal qu’il est le plus bas, à 1,23 contre 1,40, dix ans plus tôt. En ce qui concerne nos voisins, c’est en Belgique que la fécondité est au plus haut (1,74), devant le Luxembourg (1,50) et l’Allemagne (1,47) mais cette dernière est en progression ces dernières années alors que les deux autres pays affichent un léger recul. A titre de comparaison, à l’échelon international, toujours en 2014, la grande majorité des pays africains affichent un taux de fécondité qui dépasse les 4 enfants par femme. Au Burundi ou au Mali, il dépasse régulièrement les 6 et même 7 enfants au Niger (source : statistiques-mondiales.com).