(©DR)
Marine Le Pen a séduit les électeurs du Grand est lors du premier tour de la présidentielle. À gauche comme à droite ou au centre, les élus invitent à lui barrer la route, en votant pour Macron.

Hormis les grandes villes qui ont préféré Macron, le Grand Est a largement voté en faveur de Marine Le Pen lors du premier tour de la présidentielle. Dans certaines communes de Lorraine et d’Alsace, le FN a parfois capté plus de 35% des suffrages. Alors forcément, du côté des élus régionaux, il convient d’affirmer avec un peu plus de vigueur qu’ailleurs, peut-être, la couleur pour le second tour.

Certains n’ont pas tergiversé à l’image du député Patrick Weiten (UDI-Parti Radical), président du Conseil Départemental de la Moselle, du maire de Nancy et président du Parti radical Laurent Hénart, de Jean-Luc Bohl (UDI), maire de Montigny-lès-Metz et président de Metz Métropole, de Pierre Cuny, le maire de Thionville et Président de la Communauté d’Agglomération Portes de France Thionville.

Toujours à droite, Philippe Richert (LR), le président du Conseil régional Grand-Est ou bien François Grosdidier (LR), député et maire de Woippy se sont également exprimés en faveur de Macron. Nadine Morano (LR) précisera peut-être sa pensée une fois que l’échec de Fillon sera digéré (ça reste assurément coincé en travers de la gorge) mais elle ne votera pas pour Marine Le Pen sans plus de précisions à l’heure où sont rédigées ces quelques lignes. À gauche, Mathieu Klein, le président PS du Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle ou bien encore le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Pierre Liouville se sont également déclarés en faveur du leader d’En Marche ! soulignant au passage que l’heure n’était pas aux états d’âme.

Droite, gauche ou centre, c’est majoritairement au diapason. Mais reste à savoir ce qu’en disent (et ce que feront) les Français, les « Insoumis », notamment, mais également tous ceux qui ont choisi de faire l’impasse au premier tour.