(©DR)
Cofondé par les principaux acteurs de l’écosystème entrepreneurial, en partenariat avec plusieurs grands groupes, le LOIC (Luxembourg Open Innovation Club) connecte les entreprises et les start-ups.

L’open innovation, popularisée dans les années 2000 aux Etats-Unis, est basée sur la collaboration entre entreprises. Elle part de deux constats assez simples : les grands groupes ont du mal à suivre le rythme effréné des innovations dans leur secteur, et ne souhaitent ou ne peuvent pas créer suffisamment d’innovation en interne. De l’autre côté, les start-up, innovantes et adaptatives, peinent à trouver les bonnes entreprises pour finaliser la conception de leur produit et réaliser leurs premières ventes. 

«L’open innovation répond à ces deux problématiques en offrant aux start-ups la possibilité de travailler avec des entreprises ouvertes aux grands principes de l’Open Innovation, et aux entreprises d’externaliser une partie de leur processus d’innovation tout en partageant le risque inhérent. Les clubs d’open innovation se sont créés pour servir d’entremetteur entre ces acteurs. Leurs vocations sont la mise en relation, l’organisation événements dédiés et la sensibilisation », précise le LOIC : Luxembourg Open Innovation Club. 

Porté par nyuko (structure dédiée à la création d’entreprises) et cofondé avec Lux Future Lab, Luxinnovation et le Technoport, le LOIC compte déjà plusieurs grandes entreprises parmi ses membres. La Baloise, Siemens, ING et la BIL, entre autres, ont déjà signé pour bénéficier des services du club. « C’est une belle opportunité pour les grandes entreprises ainsi que pour les start-ups de dynamiser ensemble l’économie locale, et nous mettons tout en œuvre pour que cela arrive », précise Martin Guérin, CEO de nyuko dans un communiqué.

Les activités du LOIC se diviseront en trois grandes catégories : les innovation calls (recherche de start-ups correspondant aux demandes d’un des membres), les innovation datings (démonstration de start-ups suite à un call, couvrant un sujet innovant particulier, devant un public de membres intéressés), et enfin les workshops (lieu d‘échange et de réflexion entre membres autour de sujets liés à l’open innovation).