(©DR)

« Je viens de publier un livre ‘Le Manifeste du Progressisme’ (éd. Atlande) dont le déclic a été les Régionales de décembre 2015. La Gauche politique est éclatée, émiettée, définitivement divisée. Le mot ‘gauche’ a été carbonisé pas les valeurs qui l’ont faite », écrit Jean-Pierre Masseret, sénateur de Moselle et ancien président du Conseil régional de Lorraine, sur son compte Facebook. Bref, pour Masseret, il est temps de tourner une page pour en ouvrir une autre. Celle du progressisme. « Le mot est respectable et il est respecté. Il permet de réunir les valeurs et les outils concrets du fonctionnement démocratique de la société. Il est raison, il est mouvement, il porte le génie créatif de l’humanité, il associe présent, passé et avenir » est-il noté en quatrième de couverture. Nul ne sait si l’objet va se vendre mais le pitch de Masseret sur Facebook fait causer et réagir. En même temps, en écrivant que la Gauche est morte, forcément…