(© DR)
La Commission européenne a initié une nouvelle initiative pour le développement durable de l’économie bleue dans la région de la Méditerranée occidentale. Dix pays sont impliqués.

« La biodiversité maritime subit une forte pression. En effet, un rapport récent indique que 50 % de la biodiversité a été perdue au cours des 50 dernières années. À cela s’ajoutent les préoccupations récentes en matière de sécurité et de sûreté suscitées par une augmentation des flux migratoires du sud vers le nord », souligne la Commission européenne qui, face à ces constats, à proposer une nouvelle initiative pour le développement durable de l’économie bleue dans la région de la Méditerranée occidentale.

Elle poursuit une triple ambition : un espace maritime plus sûr, une économie bleue « intelligente » et résiliente, enfin, une meilleure gouvernance de la mer. « Pour l’objectif 1, les priorités concernent la coopération entre les garde-côtes nationaux et les réponses apportées en cas d’accident et de marée noire. Les actions spécifiques porteront sur la modernisation des infrastructures de surveillance du trafic, le partage de données et le renforcement des capacités. Pour l’objectif 2, les priorités portent sur la collecte de nouvelles données, les biotechnologies et le tourisme côtier. Pour l’objectif 3, la priorité est donnée à l’aménagement du territoire, à la connaissance du milieu marin, à la conservation des habitats et à la pêche durable », précise la Commission.

Dix pays de la Méditerranée occidentale se sont engagés à œuvrer ensemble à ces intérêts partagés dans la région : cinq États membres de l’UE (France, Italie, Portugal, Espagne et Malte) et cinq pays partenaires du sud (Algérie, Libye, Mauritanie, Maroc et Tunisie). L’initiative sera financée par des fonds et instruments financiers existant au niveau international, national, régional et au niveau de l’UE, lesquels seront coordonnés et se compléteront. « Cela devrait créer un effet de levier et attirer des financements d’autres investisseurs publics et privés », estime la Commission.