(© DR)
Soprano s’est fait connaître avec le collectif hip-hop Psy 4 de la rime, figure de proue de la scène marseillaise et hexagonale au milieu des années 90, avant de sortir ses premiers albums solo une dizaine d’années plus tard. Il se situe aujourd’hui entre chanson française et rap résolument positif.

De parents comoriens, Saïd M’Roumbaba de son vrai nom grandit dans les quartiers Nord de Marseille et fonde sous le pseudonyme de Soprano le groupe Psy 4 de la rime en 1995, aux côtés de ses cousins Alonzo et Vincenzo et de leur ami le DJ Sya Styles. Ils se font rapidement remarquer en montant sur scène pour les premières parties des Sages Poètes de la rue, de DJ Cut Killer ou de leurs collègues marseillais de la Fonky Family.

Le groupe sort en 2002 son premier album, Block party, déclinant mélancolie et énergie à travers des titres comme La Vengeance aux deux visages ou Sale bête. Trois autres albums suivront jusqu’au décès de Sya Styles en 2015, atteint par un cancer.

Parallèlement, Soprano avait déjà débuté sa carrière solo dès 2007 avec Puisqu’il faut vivre. De plus, en 2002, en plein succès de Block party, il créait son propre label, Street Skillz records, qui révélera quelques valeurs montantes du rap français comme l’Algérino ou Mino. On trouve sur Puisqu’il faut vivre un véritable « hymne à la bonne humeur, avec une expression marseillaise par excellence » avec le titre A la bien, qui fait immédiatement connaître Soprano sur la bande FM. L’année suivante, il cumule succès critique et public avec son live au Dôme de Marseille, qui donnera lieu à un disque, et sa nomination en tant qu’artiste de l’année lors de la cérémonie L’Année du hip-hop.

En 2010 et 2011 sortent successivement La Colombe, disque d’or, et Le Corbeau, qui seront réunis en un coffret. Soprano parsème les chansons des deux albums de références aux séries télévisées et au cinéma comme Heroes, Freddy Krueger ou Dexter, à la musique de Bob Marley, NTM, Michael Jackson ou Téléphone (un couplet de la chanson Un autre monde sur Je rêvais), et rend hommage à son entourage (sa mère, sa femme et sa fille sur Je serai là). Le Corbeau, enregistré en tournée, comprend les participation de différents membres de son label.

En 2014, Cosmopolitanie marque un virage dans la carrière de Soprano, qui se tourne vers des sonorités pop, mêlant rap, chant et musique acoustique. Il a choisit comme titre « un mot que j’utilisais à la base pour décrire Marseille mais qui correspond aussi à une philosophie de vie, celle du mélange et de l’ouverture. » Le succès public est au rendez-vous avec une certification disque de diamant.

En 2016, il réunit Black M et les marseillais Alonzo, Marina Kaye et Jul sur L’Everest. Au fil de ses cinq albums studio, Soprano a fait valoir ses influences musicales diverses, de Mobb Deep à Kanye West en passant par Eminem ou des artistes de chanson française comme Daniel Balavoine, se disant appartenir à « l’école d’IAM, celle qui casse les clichés négatifs autour du rap » .

Le 22 octobre à la Rockhal d’Esch-sur-Alzette
www.rockhal.lu