(©DR)
PSA investit dans l’hybride et l’électrique. Une stratégie qui profite à l’usine de Trémery, en Moselle, qui devient l’usine de moteurs la plus diversifiée du Groupe, avec des capacités à la fois en essence, en diesel et en électrique.

« Dans le cadre du pilotage de la transition énergétique et en cohérence avec l’offensive technologique du plan stratégique « Push To Pass », le Groupe PSA s’est résolument engagé dans la diversification de son offre technologique avec des hybrides rechargeables essence, et des chaînes de traction électriques de nouvelle génération pour équiper notamment sa future plateforme électrique « e-CMP », développée en partenariat avec Dongfeng Motors », a annoncé PSA, fin mai. Le Groupe a fait le choix stratégique d’ancrer en France la production des principaux composants de la chaine de traction électrique. Il réalisera la chaîne de traction électrique sur le pôle d’excellence Trémery /Metz et produira les réducteurs sur le site de Valenciennes. Le Groupe PSA a également décidé d’équiper ses véhicules hybrides rechargeables essence de moteurs fabriqués à la Française de Mécanique à Douvrin. Par ailleurs, afin d’accompagner la demande croissante des clients en motorisation essence, le Groupe PSA va doubler en France d’ici 2019 la production de son moteur 3 cylindres turbo essence, « Pure Tech EB turbo ». Sur les sites de Trémery et de Douvrin, 350 000 moteurs turbo essence supplémentaires seront donc fabriqués en 2018, ce qui portera le potentiel à 670 000 moteurs. « Au terme de ces investissements, le site de Trémery deviendra donc l’usine de moteurs la plus diversifiée du Groupe, avec des capacités à la fois en essence, en diesel et en électrique », indique le Groupe. « Nous allons déployer une offensive technologique sans précédent dans le cadre du plan Push to Pass, afin de proposer une offre attractive de solutions de mobilité durable à nos clients et de conserver notre longueur d’avance en termes de réduction d’émissions polluantes, avec 7 véhicules hybrides rechargeables et 4 nouveaux véhicules électriques lancés d’ici 2021, en complément de moteurs thermiques de référence », a précisé Gilles Le Borgne Directeur R&D.