C’est l’histoire d’une rencontre, au bon moment, entre les bonnes personnes, du côté de Bar-le-Duc. Alida et Pierre sont créateurs de haute couture, et en plein déménagement. Deux identités, deux générations. Pourtant, des goûts communs, une volonté d’indépendance et une passion partagée, pour des créations à quatre mains. La marque Alida é Pierre est née.
création-Alida-e-Pierre-(©DR)

(©DR)

Le Nord Est, il existe des créateurs de prêt-à-porter de luxe, mais pas de haute couture. Nous rêvions de faire venir ce savoir-faire en province ». Partant de ce constat, Alida Aubry patiente en enseignant la mode à Bar-le-Duc. Depuis son passage en tant que modéliste chez Courrèges, elle n’attend qu’une chose : créer sa marque. « C’était trop frustrant de voir défiler ces mannequins sans que personne ne sache comment j’avais contribué au vêtement présenté ». Un jour, arrive dans sa classe Pierre Knutti. Élève motivé qui participe à toutes les activités extra scolaires. Le courant passe. Malgré la différence d’âge, ils se découvrent très vite des goûts communs dans la mode, mais aussi en littérature, musique, art… Il part à Paris, travaille chez Stella Cadente et quand il revient du côté de son Saint-Mihiel natal, ils décident de fonder leur association. Pendant deux ans, ils réalisent 30 tenues et imaginent un défilé-chorégraphie-spectacle qui remporte un franc succès. De là née la marque Alida é Pierre.

D’abord avec un atelier, un show-room, une boutique pendant 6 ans à Bar-le-Duc qu’ils viennent de quitter pour emménager au premier étage de la mairie de Mognéville. « Nous disposons de 300 m2 pour notre nouveau projet : un pôle d’art en association avec d’autres créateurs, puis des résidences pour mutualiser nos forces et échanger nos talents ». Alida n’enseigne plus. « À 50 ans, je réalise mon rêve. Les enfants sont grands, la maison est payée, c’était le bon moment. Il fallait simplement la bonne personne. » Ce qui les unit, c’est la pièce unique, originale. « On ne suit pas la mode, on s’adapte à la clientèle qu’on oriente, pour créer une pièce unique et intemporelle », explique Pierre. « Nos clientes peuvent la porter 5, 10, 15 ans ou plus, elle ne se démodera jamais ».

Ils puisent leur inspiration dans le 18ème siècle et dans le baroque, avec ses courbes, sa fluidité et le mouvement qui le caractérise. Des corsets, des sarouels, des robes incroyables, et « une confusion des matières avec des pures laines, des lins, des cotons, des soies…rien que de belles choses pour des créations uniques ». Alida et Pierre créent de concert, griffonnant, « On ne suit pas la mode, on s’adapte à la clientèle qu’on oriente, pour créer une pièce unique et intemporelle »retouchant, remettant cent fois le métier sur l’ouvrage…la réalisation aussi se fait à quatre mains, dans une partition harmonieuse. Quelle est leur clientèle ? Des femmes essentiellement, qui recherchent une sorte de perfection tendant à l’œuvre d’art, comme cette cliente qui leur a acheté une robe sans l’essayer, « comme elle aurait acheté un tableau, juste pour l’exposer dans son salon ». Des femmes qui veulent se sentir bien dans une tenue du quotidien parfaitement exécutée, ou éblouir pour une occasion particulière. La haute couture a un coût, mais elle a aussi un goût d’exception, comme la rencontre de ces deux-là qui écrivent, à travers les tissus, les étoffes, le fil et l’art, une belle partition dans un petit village de la vallée de la Saulx, sur cette terre de martyrs qui génère un lieu de création au savoir-faire rigoureux et intemporel. 

http://www.alidaepierre.fr