(©DR)

L’idée était simple : fusionner pour recueillir davantage de dotations de fonctionnement. Les communes de Kaysersberg, Sigolsheim et Kientzheim (Haut-Rhin), se sont donc mariées, avant de procéder à des élections municipales et désigner un maire pour la nouvelle commune de Kaysersberg-Vignoble. Tout roulait à peu près normalement : le maire écologiste de Kaysersberg, Henri Stoll, était le maire de la nouvelle commune, et son nouveau premier Adjoint était Thierry Speitel-Gotz, l’ex-maire UDI de l’ex commune de Sigolsheim. Tout roulait jusqu’à ce que le second, grand argentier, ne reproche au premier magistrat de lui cacher des infos financières. Thierry Speitel-Gotz accusait Henti Stoll, dans les colonnes de Rue 89, de « dépenser sans compter ». « Tant que ce type là sera dans un conseil municipal, il n’y aura pas la paix », répondait Stoll. Les deux ne sont pas inconnus des médias nationaux. Tandis que Stoll fut un temps rival de Nicolas Hulot pour la présidence d’Europe Écologie Les Verts (EELV), Speitel-Gotz avait donné de la voix pour défendre la loi sur le Mariage pour tous. Au sein du nouveau conseil, tout est parti en vrille et les noms d’oiseaux ont fini par voler en escadrille, « salaud » par ci, « nuisible » par là… jusqu’à ce que dix-neuf conseillers municipaux, excédés par cette guerre des ego, démissionnent et provoquent de nouvelles élections. Dimanche 26 juin, les urnes ont parlé, renvoyant dos à dos les deux rivaux, l’un arrivé en 3ème position et se retirant entre les deux tours, l’autre largement battu au second tour par un troisième larron, Pascal Lohr (notre photo), qu’on nommait ici « l’outsider »… et dont le titre de la liste avait des allures d’ambitieux programme : « S’unir pour Kaysersberg ».