Ensemble mythique, chef d’orchestre charismatique et soliste d’exception…  La venue à l’Arsenal de Metz de l’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg a tout pour constituer un rendez-vous incontournable pour tout mélomane, qui y découvrira le 11 novembre à 20h, en plus de la démonstration de talents multiples, un pan de l’histoire de la musique classique.
Yuri-Terminakov (©DR)

Yuri Terminakov est le chef de l’Orchestre Philharmonique de Saint Pétersbourg. (©DR)

Le premier ensemble symphonique de Russie, fondé en 1882, aura traversé le règne tsariste, puis plus de 70 ans de régime soviétique marqués par la Seconde Guerre Mondiale, pour s’ouvrir largement sur le monde après la chute du Mur de Berlin. Au milieu des années 80, l’orchestre, encore dirigé par le mythique Ievgueni Mravinsky, à sa tête pendant quatre décennies, entre en relation avec les Productions Albert Sarfati. Marina Bower, aujourd’hui directrice du département Artistes, est à l’époque une nouvelle venue. « Nous avons traversé avec eux une ère nouvelle, où il s’agissait de montrer leurs grandes qualités au monde, raconte-t-elle. Avec Ievgueni Mravinsky, l’orchestre a vécu une partie riche et complexe de son histoire, par exemple lors du siège de Stalingrad, pendant lequel celui-ci continuait à jouer : un épisode qui a enrichi son âme ».
Ievgueni Mravinsky, aujourd’hui disparu, a entretenu la tradition d’un « son de Saint-Pétersbourg », dont le son des violons est la marque la plus tangible. Depuis 1988, celle-ci est perpétuée par Yuri Temirkanov, qui rejoindra son prédécesseur au sein du panthéon des plus grands chefs d’orchestre mondiaux. « Aujourd’hui, il est difficile de trouver quelque chose qui distingue le son d’un orchestre d’un autre, nous vivons une période de standardisation, explique Marina Bower. L’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg a cette capacité, celle d’exprimer une « patte » unique, et son chef celle de faire que chaque musicien se sente à la fois soliste et faisant partie d’un tout ».

« L’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg a cette capacité, celle d’exprimer une « patte » unique. »

Si le chef historique de l’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg entretenait des liens privilégiés avec Dimitri Chostakovitch, et fut notamment le premier à diriger sa Symphonie n°10 en mi mineur, que l’ensemble interprétera à l’Arsenal, Yuri Temirkanov a fait quant à lui de Tchaïkovski l’un de ses compositeurs fétiches. Il a choisi son Concerto pour piano n°1 en si bémol mineur pour constituer l’autre grande pièce de cette soirée. « C’est un merveilleux chef, d’opéra notamment, un comédien et un artiste, qui a depuis ses 25 ans ce charisme, ce pouvoir presque magique de créer la symbiose au sein d’un ensemble » décrit Marina Bower.

À la présence d’un grand chef d’orchestre s’ajoute celle d’un soliste d’exception : c’est le jeune pianiste de 28 ans Andreï Korobeinikov qui interprétera le Concerto n°1 de Tchaïkovski. Récompensé par les plus grands prix internationaux, dont le prix Scriabine réputé pour son exigence, le musicien est diplômé en droit à 17 ans, sort à 19 ans du Conservatoire de Moscou avec la mention spéciale de «  Meilleur musicien de la décennie », et joue dès lors avec les maîtres les plus expérimentés en musique de chambre. Un parcours de prodige, en somme. « Des prodiges, il y en a beaucoup, tempère Marina Bower. La virtuosité, la maîtrise est une chose, mais être un musicien à part entière en est une autre : c’est sa personnalité hors norme qui rend Andreï Korobeinikov exceptionnel ».

La phalange pétersbourgeoise, menée par un chef qui a intégré son ADN et a contribué à le faire évoluer, est accompagnée par un jeune soliste qui s’est déjà largement distingué au sein du monde de la musique classique. Elle déploiera assurément toute l’étendue de son talent et la force de son esprit sur un répertoire lui-même partie intégrante de sa personnalité. Si chaque concert donné par un tel orchestre représente un cadeau rare et précieux, c’est ici une invitation qui vous est proposée à entrer, vous aussi, dans son histoire.

www.arsenal-metz.fr