Tag "PORTRAITS REFAITS"

LYCÉE REISER BONJOUR

(Illustration : Philippe Lorin) Ça fait drôle. Vous appelez le lycée de Longlaville (54), il n’y a personne au bout du fil et vous tombez sur ça : « Lycée Reiser bonjour. Pour signaler une absence ou joindre la Vie scolaire, composez le 1… ». J’appelais trop tard, l’heure d’un conseil de classe peut-être, de la pause-tige ou d’une manif sur le prix du sucre autour de la machine à café. J’appelais pour

METZ RÉCONCILIÉE AVEC COCTEAU ?

Jean Cocteau, sa vie, son œuvre, son héritage. Voilà qui donne le vertige. On le peint en mille tableaux. Il y a le gamin du Paris riche et mondain, « choyé, nerveux, difficile de caractère », loupant son bac, une fois, deux fois, qui, au lycée Condorcet, « ne brillait qu’en dessin, en gymnastique et en allemand ». Il y a le dandy, traînant les cabarets, les salons. L’homme de réseau, qui tisse sa

HISTOIRE MACHO

(Illustration : Philippe Lorin) Entrons dans la grande histoire de la Vosgienne Julie-Victoire Daubié… avec un crochet, en guise d’apéritif, dans la petite histoire des listes et CV des personnalités célèbres. Un préliminaire éclairant, qui accouche d’une question : l’histoire et ceux qui la mettent en pot sont-ils machos ? Allez savoir. On en déduira, ici ou là, que la problématique ainsi mise sur le tapis est sous influence du mois de mars et

« LA GRACE EST UNE ARME »

(© Illustration : Philippe Lorin) Gallé, son musée remarquable, incontournable étape des visites touristiques de la cité ducale. Gallé, ses œuvres exceptionnelles, courues, chères, recherchées dans le monde entier. Gallé, son esprit rebelle et résistant. Deux Gallé en un, l’un célébré, l’autre quasi-méconnu et un temps méprisé. Fils de Charles et de Fanny, « qui tiennent à Nancy un commerce de cristaux et de porcelaines », Émile Gallé naît en 1846 à

LA LORRAINE DE MITTERRAND

(François Mitterrand et Helmut Kohl se recueillent devant l’Ossuaire de Douaumont en septembre 1984 © DR) Un an avant sa mort, le 31 décembre 1994, François Mitterrand s’adresse à ses compatriotes. Il achève son allocution par ce propos, mystérieux pour les uns, jubilatoire pour d’autres, émouvant et beau pour la plupart des téléspectateurs : « Je crois aux forces de l’esprit et je ne vous quitterai pas ». Promesse tenue. Vingt ans

POTTECHER JUGE ET TÉMOIN

C’est un de ces moments que l’histoire fabrique avec parcimonie. Juillet 1945, Paris, palais Saint-Louis, le procès du maréchal Pétain s’ouvre. Les témoins défilent, et quels témoins ! : Édouard Daladier, « ferme et accusateur », Paul Reynaud, « fin et asticoteur », Albert Lebrun, « solennel et ennuyeux », Léon Blum, « prodigieux dans le portrait qu’il dresse de Pétain ». Tout près du maréchal déchu, un journaliste a pris place, aujourd’hui considéré comme le père de la chronique judiciaire,

ENTRE LE MARBRE ET LA GLAISE

Edgard Pisani s’est éteint le 20 juin. Il avait 97 ans. Né à Tunis, il était un Lorrain à sa manière, en tout cas Vosgien de cœur depuis qu’il avait rencontré et épousé Fresnette Ferry, petite-nièce de Jules Ferry. L’immense chalet d’Edgard Pisani, à Saint-Dié, surplombe de quelques mètres, dans le même parc, l’endroit où fut bâtie la maison (aujourd’hui détruite) du père de l’école laïque, gratuite et obligatoire. Jules

TOCQUEVILLE L’OUBLIÉ DE METZ

« L’auteur de La Démocratie en Amérique est né à la chose politique à Metz. Il suffit de se replonger dans les Souvenirs inachevés pour retrouver l’âme de ce grand Messin injustement oublié ». L’historien Gaétan Avanzato fait le constat d’un oubli d’autant plus surprenant que Metz aurait à gagner, en termes de notoriété, à valoriser ce lien. Ce qui lie l’un des plus grands philosophes politiques du monde et la

« MISSIONNAIRE POPULAIRE »

(Illustration: Philippe Lorin) «La calotte chantante ». Georges Brassens appelait ainsi son pote jésuite Aimé Duval. Né dans les Vosges, le père Duval est décédé à Metz il y a tout juste 32 ans, en avril 1984. Avec plus de 3000 concerts au compteur, il a médiatisé la chanson populaire d’inspiration chrétienne. « Le ciel en soit loué, je vis en bonne entente, avec le père Duval, la calotte chantante. Lui, le

LE SENS DES AUTRES

(Illustration : Philippe Lorin) La chanson de Ferrat lui va bien, Camarade. Ouvrier à la SMK, syndicaliste, militant politique combatif et jovial, Victor Madelaine eut une vie de romance et de militance. La Ville de Nilvange lui rend hommage le 18 mars.  Il est de ces gens qui viennent au monde comme on prend un café. De ces gens, par nature, qui ont « le sens des autres. » La formule est de son