Deux spectacles sans paroles par deux grands artistes marionnettistes.  L’un est américain et revisite un art ancestral japonais. L’autre est chinois et crée de l’extrêmement petit. Basil Twist mêle la tradition à la modernité. Yeung Faï raconte les maisons de thé ancestrales.

Yeung-Faï-(©-dr)Deux premières en France et c’est à Metz ! Avec Dogugaeshi, le marionnettiste américain Basil Twist s’est passionné pour cet art acquis auprès d’un des derniers maîtres japonais. Des panneaux mobiles glissent, tout en légèreté, sur la scène. Latéralement, verticalement, ils créent des univers inattendus dans lesquels le metteur en scène fait évoluer de drôles de marionnettes de sa conception. Un renard à 9 queues, des images vidéos, des paravents de papier et de la musique. Voici les ingrédients de ce théâtre d’objets dans lequel l’espace se détruit, se reconstruit sans cesse et apporte sa poésie dans la Grande Baraque du Festival Passages. La virtuose japonaise Yumiko Tanaka, joueuse de shamisen, accompagne cette œuvre américaine.

Quant à Yeung Faï, il revient avec bonheur à Metz après une prestation remarquée lors de la cérémonie des Molière. Cette fois, il crée un spectacle pour le Festival. Ses marionnettes à doigts, ou à gaine chinoise, installent une magie par leurs costumes, couleurs, mouvements acrobatiques presque sans limites…Teahouse raconte l’histoire de ces maisons de thé dans lesquelles les hommes se délassaient en consommant le précieux breuvage, tout en regardant les acrobates, les marionnettes et autres performances artistiques. Aujourd’hui, le karaoké les a bien souvent remplacés. Yeung Faï nous fait pénétrer leurs alcôves et nous invite à prendre le thé avec lui pour mieux saisir cet univers si particulier à la Chine.

En complément de leurs spectacles, Basil Twist et Yeung Faï animent des masterclass à l’occasion du Festival. En accès libre, elles sont limitées à vingt participants. Une belle occasion de partager ce multiculturalisme au service d’arts rares et émouvants.