Émily Jane White est née sous le soleil californien, mais sa voix semble venir des limbes. Délicate et aérienne, elle porte une folk un peu glacée mais réchauffée par des rayons de soleil perçant la brume. Sur ce cinquième album, elle élargit ici sa palette vocale, assure les chœurs et se fait plus envoûtante que jamais. Elle aborde aussi des thèmes plus engagés avec l’hymne antiraciste The Black dove et Womankind, dédié aux femmes victimes de violences. La batterie frémissante de Nick Ott et le violoncelle enchanteur de Shaw Alpay parachèvent le sortilège. Il n’a jamais été aussi doux de se faire prendre aux tripes.