E Criqui (© DR)

Eugène Criqui, premier Français champion du monde des poids-plumes (© DR)

L’auteur lorrain Pierre Hanot s’est passionné pour l’histoire d’Eugène Criqui, champion de boxe du début du XXe siècle défiguré durant la Grande guerre. Il en a tiré Gueule de fer, un roman qui frappe droit aux tripes.

Souvent classé comme auteur de polars, Pierre Hanot ne se reconnaît pas vraiment dans ce genre très codifié. Ce qui l’intéresse avant tout, ce sont les histoires humaines, les parcours atypiques, les univers singuliers voire mutants : dans son livre Les Âmes défuntes, on suit un soudard de la guerre d’Indochine cryogénisé puis réveillé dans un futur où ses valeurs réactionnaires n’ont plus de sens, dans Les Clous du fakir, récompensé par le prix Erckmann-Chatrian en 2009, un rockeur dévoré par ses vices se lance dans une vengeance aveugle. Rock’n’taules, son premier ouvrage, relate son expérience au sein des prisons françaises, où l’ex-chanteur du groupe Parano band a donné quelque 200 concerts.

Avec Gueule de fer, il se lance dans un nouvel exercice en partant sur les traces d’Eugène Criqui. Premier Français champion du monde des poids-plumes au début du siècle, cet authentique titi parisien gagnera son surnom suite à une blessure dans les tranchées meusiennes et la greffe d’une plaque de fer à la mâchoire.

« Son parcours m’a interpellé plus que le thème de la boxe ou de la guerre, explique Pierre Hanot. J’ai fait beaucoup de recherches, j’ai toujours besoin d’une base sociologique forte. J’étais comme un paléontologue qui trouve un os de brontosaure : en l’étudiant, il peut se faire une image de la bête sans avoir tous les éléments. Je suis romancier, mon but n’était pas d’écrire une biographie. »

L’auteur a toutefois respecté à la lettre la vie d’Eugène Criqui, ses combats, les batailles dont les mots de Pierre Hanot restituent toute l’horreur. Mais le facteur humain, les personnages, leurs personnalités et leurs voix, il se les est appropriés. « J’ai trouvé une série d’articles dans de vieux numéros de Paris l’Intran, l’actuel Paris-Match, où Criqui racontait sa vie. Mais le journaliste le faisait parler comme un BAC+10. Je lui ai redonné son langage, celui d’un gamin de Ménilmontant. »

La première partie de Gueule de fer enchaîne les dialogues savoureux à base d’argot dans le Paris des années 1910. Puis vient le traumatisme de la guerre et l’extraordinaire ascension de Criqui, du fond du trou jusqu’à la lumière. On nous montre un homme qui mûrit, change, survit grâce à sa rage de vivre et à l’amour, celui du noble art et de sa femme Luce. « Son histoire m’a donné des indices qui ont excité mon imaginaire. Par exemple, j’ai constaté que sa femme tirait la tronche sur les photos, qui sont un matériau important pour moi : ça m’a donné l’idée de la rendre jalouse de la boxe qui monopolisait son mari. »

On nous montre un homme qui mûrit, change, survit grâce à sa rage de vivre et à l’amour, celui du noble art et de sa femme Luce.Mené à un rythme soutenu, l’ouvrage est court, formé de brefs chapitres, riche en dialogues : l’héritage de l’écriture rock qui a constitué la première expérience plumitive de Pierre Hanot. « La musique a donné un rythme à mon écriture, mais je ne vois pas le roman comme une rupture : c’est plutôt un voyage qui continue. »

Cet homme ordinaire au destin extraordinaire, issu d’un milieu sans tendresse, confronté à une violence physique et psychologique inouïe et qui se relève toujours a bouleversé Pierre Hanot. « Le drame sa vie a été la chance de la mienne ! C’est la première fois que j’ai autant suivi un personnage. Ce type, je l’ai vraiment aimé, et je me suis promis désormais de toujours aimer mon personnage, je ne veux plus avoir de distance par rapport à lui. »

Animé par un profond attachement aux marginaux, Pierre Hanot livre avec Gueule de fer un récit inspiré et inspirant, loin de tout pathos, brut de décoffrage mais pas sans finesse, tantôt grinçant, tantôt tendre : que ce soit avec les poings ou avec les mots, son champion est renversant.

Gueule de fer de Pierre Hanot, aux éditions La Manufacture de livres
www.pierrehanot.com