alleluiaIncandescent et fou. Ces deux adjectifs conviennent parfaitement à Alleluia, le nouveau film de Fabrice Du Welz. Le cinéaste belge, qui a choisi de tourner ce long-métrage avec de la pellicule, visite les méandres de la passion destructrice en s’inspirant librement des « tueurs de la lune de miel », ce fait divers qui avait secoué les Etats-Unis à la fin des années 40. Avant lui, cette odyssée sanglante du couple criminel, formé par Raymond Fernandez et Martha Beck, avait déjà été portée à l’écran, notamment par Arturo Ripstein en 1996, sous le titre Carmin profond. Alleluia marque les retrouvailles du réalisateur avec Laurent Lucas, très convaincant dans le rôle de gigolo soudoyeur de veuves, dix ans après Calvaire, qui avait été primé à la Semaine de la critique à Cannes.