La création nette d’emplois est mieux orientée dans le Grand Est. L’Alsace y est pour beaucoup. (© 123RF)

« Au deuxième trimestre 2017, les effectifs salariés du secteur privé non agricole progressent de 1 %. Les établissements du Grand Est ont ainsi réalisé 13 310 créations nettes d’emploi. Les effectifs intérimaires (+ 14,8 %) et ceux de l’hébergement-restauration (+ 3,8 %) portent la dynamique régionale. La construction (+ 0,8 %), les autres services (+ 0,7 %) et le commerce (+ 0,3 %) y participent dans une moindre mesure. L’industrie perd toujours des effectifs à un rythme cependant de moins en moins marqué », rapporte l’ Urssaf dans sa note de conjoncture d’octobre.

Dans le détail, tous les départements ne sont pas logés à la même enseigne. L’Aube affiche un très léger recul de 0,1 % (soit – 40 postes) et les effectifs sont stables en Moselle. Tous les autres départements sont en progression. Pour le Haut-Rhin, la Meuse et les Ardennes, la croissance tourne autour de 0,5 %. La Marne, la Haute-Marne et la Meurthe-et-Moselle franchissent la barre des 1 %, respectivement 1,3 %, 1,2 % et 1,1 %. Le haut de tableau est occupé par le Bas-Rhin et les Vosges. Ces dernières enregistrent une progression de 1,7 %, soit 1 370 emplois. Le Bas-Rhin, qui pèse pour 24 % de l’effectif salarié total de la région, voit quant à lui ses effectifs progresser de 1,9 % ce qui représente 6 410 postes de plus.

Si l’on compare les anciennes régions, l’Alsace, à elle seule, a créé 7 560 emplois soit plus de la moitié des postes créés dans l’ensemble du Grand Est. « Parmi les zones les plus importantes en termes d’effectifs, celles de Strasbourg, Nancy, Metz, Mulhouse et Reims cumulent un peu plus de 6 700 créations nettes dont 3 800 créations pour la seule zone de Strasbourg », précise également l’ Urssaf.