On retrouve le jeu aérien et le son cristallin du guitariste Jean-Pascal Boffo sur InviZible, douzième album pour lequel il effectue un retour au solo après La Boîte à musique il y a dix ans.

Pour Jean-Pascal Boffo, l’inspiration est une chose fugace. Dans l’esprit de cet autodidacte privilégiant l’improvisation, elle surgit comme le vol de ces papillons qui figurent sur la pochette de son dernier album InviZible. Dès lors, pour lui qui n’a jamais appris à écrire la musique, réaliser un album est aussi un moyen de « laisser une trace » de ses compositions.

Après Le Chant des fleurs et Drôles d’oiseaux, où il a multiplié les collaborations, Jean-Pascal opère un retour au solo : un procédé inconscient et instinctif, à l’image de son jeu. « J’ai d’abord pensé à un quatuor à cordes, et puis finalement lors des premières écoutes je me suis dit que la guitare seule suffisait, explique-t-il. Il y a eu un fantasme de l’album solo que je n’ai réalisé qu’au bout du neuvième opus, La Boîte à musique. »

De son propre aveu, le guitariste lorrain « creuse un sillon » avec ses délicates parties de guitare, qu’il a multiplié sur InviZible. Des nuances de mêmes couleurs qui rappellent les musiques orientales qu’il affectionne et qui dessinent des vignettes apaisantes. Ingénieur du son reconnu au sein du studio Amper à Clouange, il a enregistré au studio Juillaguet, fondé près d’Angoulême par Kent Carter, le contrebassiste du jazzman Steve Lacy.

Pour œuvrer sur son dernier album, il a fait appel à son collègue et complice Sébastien Tondo. « C’était indispensable pour moi d’avoir une personne de confiance, un regard extérieur pour pouvoir me concentrer sur la musique, d’autant que les parties de guitare demandent beaucoup de concentration, précise Jean-Pascal. Je continue à découvrir mon instrument, à travailler tout en laissant l’inspiration surgir d’elle-même ; la musique est toujours une redécouverte, un plaisir renouvelé. » Et partagé, cher Jean-Pascal ! 

jeanpascalboffo.com