Le Musée lorrain, consacré à l’histoire régionale, poursuit sa mue à travers d’importants travaux de rénovation, mais aussi en réinventant son identité pour devenir un espace muséal complet et un « musée-promenade »à la muséographie repensée. À la suite d’une première phase de travaux, prévue pour durer jusqu’en 2022, des changements significatifs seront apportés à l’institution nancéienne : de nouveaux accès seront créés pour faire du Musée lorrain un lieu de passage. De plus, le numérique et le multimédia s’intégreront de manière significative à la nouvelle muséographie, pour un musée tourné vers le XXIème siècle : par sa modernisation, mais surtout son désir de s’intégrer au cœur de la cité.
musée-lorrain-(©DR)

Les travaux de rénovation du Musée lorrain à Nancy se poursuivent. (©DR)

NOUVEAUX MODÈLES

Numérisation, modélisation 3D, réalité augmentée, dispositifs multimédia… le Musée Lorrain proposera une nouvelle expérience de visite via une muséographie modernisée, afin de percevoir les œuvres sous des aspects inédits.

Les grands changements à venir au Musée Lorrain sont avant tout l’occasion de multiplier les portes d’entrée au sein de la prestigieuse institution nancéienne, au propre comme au figuré. Ainsi, les technologies numériques, indissociables des plus récents projets de muséographie, entrent de plain-pied au sein du Palais des ducs de Lorraine.

Dans un premier temps, un vaste travail de numérisation haute définition et de modélisation sera effectué sur certaines œuvres fragiles ne pouvant être exposées, ou impossibles à rénover et qui feront l’objet d’une reconstitution numérique. Le public pourra les admirer sous toutes les coutures au sein de livres virtuels consultables grâce aux dispositifs multimédia qui jalonneront les espaces du musée. Ceux-ci permettront également la diffusion d’archives sonores et vidéo relatives aux sections contemporaines des collections. Prévus au nombre d’une cinquantaine sur le parcours historique, premier circuit dévoilé au public à l’horizon 2022, ils seront présentés au public dans le cadre de la préfiguration.

Des salles spécifiques serviront de jonctions entre les différentes séquences des expositions, afin de permettre des transitions agrémentées de frises chronologiques dynamiques, de films, de cartes animées… Lors d’une seconde phase, un dispositif de réalité augmentée sera appliqué à la monumentale maquette de Nancy en 1611 de Claude Delaruelle, permettant d’y replacer à loisir les architectures actuelles de la ville.

En plus de développer l’interactivité et l’expérimentation, le numérique doit permettre d’explorer les coulisses du Musée Lorrain (notamment en découvrant le travail de rénovation) et de constituer un dispositif de médiation complémentaire, afin de permettre une meilleure compréhension des œuvres comme du travail effectué par le musée pour leur valorisation.

Nancy_plan_de_1633-(©DR)

Plan de la ville de Nancy datant de 1633 (©DR)


3 QUESTIONS À… RICHARD DAGORNE directeur du Musée Lorrain

Richard-Dagorgne-(©DR)

« (…) L’objectif est de faire parler notre collection … » , explique Richard Dargogne (©DR)

La notion de « musée-promenade » semble au cœur du projet de rénovation du Musée Lorrain. Que peuvent apporter les nouveaux aménagements ?

En favorisant le lien avec la ville, l’objectif est d’attirer les gens vers ce vaste ensemble muséal qui était un peu renfermé sur lui-même, avec un unique accès. Suite aux travaux, on pourra le traverser, y entrer de tous côtés. Il s’agit avant tout de faire du musée un lieu familier en plus d’un lieu de découverte, de débat et de recherche.

Pouvez-vous nous parler du parcours historique, le premier à s’ouvrir au public en 2022 ?

L’actuelle juxtaposition de séquences a été repensée en un parcours cohérent sur l’Histoire de la Lorraine : par exemple, la galerie des Cerfs, d’époque Renaissance, accueillera les objets de cette même période. Nous allons aussi intégrer nos fonds archéologiques et contemporains, actuellement invisibles pour le public.
La muséographie du Musée Lorrain n’a pas été repensée en profondeur depuis les années 30, il était donc indispensable de prendre le temps de la renouveler.

Un musée plus accessible, tourné vers la numérisation… Est-il indispensable aujourd’hui de redéfinir l’image du musée pour rester attractif ?

Un musée comme le nôtre se doit de raconter une histoire, d’être centré sur un propos : nous avons besoin d’outils comme le numérique pour soutenir ce propos, sans qu’il ne le phagocyte. Et c’est évidemment un moyen de ne pas perdre le contact avec notre public de demain. Il ne faut pas succomber à des artifices, l’objectif est de faire parler notre collection, d’être un lieu de vie, un musée intégré dans le quotidien d’une ville.