dent Eppelsheim (© DR)La découverte en Rhénanie-Palatinat de deux dents datant de près de dix millions d’années laisse les paléontologues du monde entier perplexe. S’il est avéré qu’elles appartiennent à un être humain, il pourrait s’agir d’une véritable révolution scientifique. (Photo : © DR)

La découverte d’archéologues allemands à Eppelsheim près de Mayence en Rhénanie-Palatinat a lancé il y a quelques jours un vrai débat scientifique. Lors de fouilles, deux dents ont été retrouvées qui pourraient appartenir à la plus vieille espèce humaine connue. Selon les scientifiques, elles pourraient être vieilles de 9,7 millions d’années. Jusqu’alors de tels spécimens n’avaient été retrouvés qu’en Afrique mais avaient été rattachés à des squelettes tels que celui de l’australopithèque « Lucy » qui est à l’heure d’aujourd’hui le plus vieux squelette humain jamais retrouvé. On estime qu’il appartient à une espèce ayant vécu il y a environ 3 millions d’années.

La découverte d’ Eppelsheim serait alors la preuve que des êtres humains existaient bien avant cela et que le berceau de l’humanité se situerait alors en Europe occidentale. Les paléontologues ont trouvé ces deux dents lors de fouilles en 2016 mais avaient préféré attendre de les analyser avant de rendre cette découverte publique. Cependant, dans le monde scientifique, certaines voix s’élèvent déjà pour relativiser le résultat de ces fouilles. Un chercheur de l’université de Toronto estime que ces dents se rapprocheraient plutôt de celles d’un singe que d’un être humain.

De nouvelles analyses devront permettre de définir exactement leur provenance. Quoi qu’il en soit, ces dents sont d’une importance capitale pour la recherche. Même si les chercheurs allemands ne réussissaient pas à les rattacher à l’espèce humaine, ils auraient découvert une espèce animale dont on ne soupçonnait pas l’existence en Europe à cette époque-là. Depuis le début des années 2000, les fouilles sur le site d’ Eppelsheim ont en effet déjà permis d’identifier une vingtaine de nouvelles espèces.